« Je voulais qu’on me laisse tranquille, qu’un miracle me délivre de toute cette convivialité, et surtout, au grand surtout, que plus personne, dans un rayon de cinq kilomètres ne me tutoie. » Elle pensait trouver l’espace, elle regrettera l’anonymat des grandes villes.

Propriété privée, Julia Deck

Propriété privée de Julia Deck ou l’histoire de ce couple qui rêvait de devenir propriétaire, de quitter Paris, d’avoir une maison écolo, loin du bruit. Et de l’espace, beaucoup d’espace… En voilà un projet de vie parfait, non ?

Dès le début, on sait que ça va partir en vrille et c’est d’ailleurs pour ça qu’on s’y jette.

On est curieux, alors on met l’œil dans le trou de la serrure et le doigt dans un engrenage.

Tout d’abord, il y a ce plan (ou pas) : zigouiller le chat. Le roman s’ouvre ainsi :

« J’ai pensé que ce serait une erreur de tuer le chat, en général et en particulier, quand tu m’as parlé de ton projet pour son cadavre. »

Et il y a ce « tu » qui nous fait directement entrer par la cuisine. Puis, il y a toutes les zones d’ombres, ces choses tues qui pèsent et pourraient bien imploser.

Julia Deck, c’est une écriture des relations humaines complexes et des situations inextricables. Et ses phrases sont d’autant plus efficaces qu’elles sont expéditives, affûtées pour tailler dans le vif, crissantes à souhait.

On frissonne quelques fois, on rit souvent :

« Je t’avais offert les soucis pour ton cinquantième anniversaire. Tu avais déjà tenté de les faire crever deux fois. »

C’est ça le charme ravageur de l’écriture de Julia Deck qui écorche tout : les écoquartiers — « C’était moderne et moral. […] En attendant, on prenait des douches froides. » —, l’urbanisme des cités, les voisins, les couples parfaits, etc. Sans distinction, mais d’un air ingénu, avec flegme et élégance à la fois. Tout à fait délicieux.

Après une telle lecture, vous me direz si le vivre ensemble vous tente encore et si vous avez toujours envie d’aller habiter à la campagne.

L’enfer, c’est qui déjà ?

Site des Éditions de Minuit.

Abonnement au blog

Un petit mail par semaine pour vous tenir au courant des nouveaux articles. Et c'est tout !

Laisser un commentaire